dimanche , 5 avril 2020

Les différentes générations de pilules contraceptives

Les différentes générations de pilules contraceptives

Ce qu’il faut retenir des « générations » de pilules contraceptives

Depuis les années 60, la pilule contraceptive figure parmi les moyens de contraception les plus prisés en France. Aujourd’hui, quatre générations de ce médicament sont présentes en France et sont connues sous l’appellation de pilule de 1re génération, 2e génération, 3e génération et 4e génération. L’expression « génération » a donc été adoptée pour faire référence aux composantes de ces pilules qui ont évolué au fil des années ainsi qu’aux risques et effets secondaires engendrés par leur consommation.

Une différence dans la composition des pilules

La différence fondamentale entre la pilule de 3e et 4e génération réside dans la composition. En effet, la pilule de 3e génération contient du désogestrel, du norgestimate ou du gestodène comme progestatif, alors que la pilule de 4e génération utilise le drospirénone. La pilule 1re génération a été commercialisée pour la première fois dans les années 60 et se caractérisait par sa forte composition en oestrogène. La pilule 2e génération est quant à elle, apparue dans les années 70 et 80 en vue de diminuer les effets secondaires engendrés par la consommation de pilules de 1re génération grâce à la présence de progestatifs tels que le norgestrel ou le lévonorgestrel. Pour rappel, les pilules de 3e génération ont été lancées sur le marché dans les années 90 dans le but de diminuer les effets secondaires des pilules de 1re et 2e génération, et devraient être prescrites uniquement pour les femmes présentant une intolérance aux composants de la pilule de 2e génération.

Les risques liés à la prise des pilules

Les pilules de 3e et 4e génération présentent les mêmes risques. D’après les informations recueillies auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ou ANSM, les composantes utilisées comme progestatifs dans la pilule de 3e et 4e génération exposent les femmes à un sur risque d’accident thromboembolique veineux, contrairement aux deux premières générations de pilules contraceptives. Elles ont été créées pour réduire les effets secondaires des pilules de 1re et 2e génération, notamment l’apparition d’acné, le gonflement des seins, les nausées, les troubles vasculaires, la prise de poids ainsi que la rétention d’eau. À noter que les pilules contraceptives de 4e génération sont conçues spécialement pour résoudre les problèmes de rétention d’eau rencontrés par les femmes utilisant les pilules de 1re, 2e ou 3e génération.

L'adresse à visiter

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*